Hoste, porte d’entrée de la Ligne Maginot Aquatique

L’étang de Hoste-Haut est situé le plus en amont dans le système d’inondations défensives qu’on appelle aujourd’hui « Ligne Maginot Aquatique ».

Ce terme trouve son origine dans le titre d’un livre écrit par monsieur Paul MARQUE : LA LIGNE MAGINOT AQUATIQUE, celle qui résista dans la Trouée de la Sarre en 1940 (Editions PIERRON 1989).

Extrait :"….Dans ce secteur Est de la Trouée de la Sarre un ensemble défensif cohérant fut donc créé en deux ans environ de 1932 à 1934, une vraie Ligne Maginot Aquatique. Au contraire dans le secteur Ouest qui devait être organisé ensuite, les difficultés économiques de l’époque jointes à des contraintes géographiques différentes, ne permirent pas une réalisation semblable." Et il fallut trouver d’autres solutions, car la situation politique internationale devenait préoccupante. (Paul Marque : La Ligne Maginot Aquatique Editions PIERRON page 27)

La « ligne Maginot aquatique » était un ingénieux système d’inondations défensives créé entre 1932 et 1934 entre Hoste-Haut et Wittring.

Son but était de ralentir ou d’arrêter une attaque brusquée de chars ennemis.

Elle constituera un obstacle efficace face à l’attaque allemande de juin 1940


Voici le schéma général des inondations de la Ligne Maginot Aquatique en 1940. La vallée du Mutterbach (parfois dénommé Moderbach) constitue la branche ouest de ce système de défense qui se compose de 5 barrages de retenue et 6 étangs réservoirs.

 

.



Description et principe de mise en œuvre de l’inondation du bief de Loupershouse.

Eléments constitutifs du système d’inondation du bief de Loupershouse

Les éléments constitutifs du système d’inondation du bief (zone inondée volontairement par l’ouverture des vannes des étangs de Hoste) de Loupershouse sont identifiés sur la carte ci dessus :

  • l’étang réservoir de Hoste-Haut (1)
  • le canal de liaison (2)
  • l’étang réservoir de Hoste-Bas (3)
  • la rivière de la Hosterbach, affluent du Mutterbach (4)
  • le barrage de retenue situé sur le Mutterbach au Nord-Ouest de Puttelange-aux-Lacs (5)

1 L’étang de Hoste-Haut : étang artificiel situé le plus en amont dans le système d’inondations défensives de la vallée du Mutterbach. Situé directement sur la ligne de front, il a la particularité, comme l’étang de Hoste-Bas, de servir à la fois d’étang réservoir et d’obstacle. Il est équipé d’une tour de déversement pour réguler le niveau d’eau et d’une vanne pour sa vidange.

Caractéristiques physiques :

  • superficie: 34ha 88
  • hauteur de digue : 7,50 m,
  • hauteur de retenue d’eau : 6,25 m
  • capacité : 579.000 m3

2 Un canal assure la liaison entre les deux étangs. Il a été aménagé pour faire face à l'érosion dû au ravinement de l'eau.

3 L’étang de Hoste-Bas

Caractéristiques physiques :
  • superficie : 24 ha 59
  • hauteur de la digue : 5 m
  • hauteur d’eau : 3 m
  • capacité : 156.400 m3

Les siphons qui régulent le niveau de l’étang sont abrités dans un local situé sur la digue. La vanne de vidange est implantée à côté de celui-ci.

Lors de la mise en œuvre des inondations, l’étang reste sous eau et forme, comme l’étang de Hoste-Haut, un obstacle face à l’ennemi.

Les siphons assurent la régulation automatique du niveau de l’étang, mais peuvent également être utilisées pour « forcer » sa vidange.

4 Le Hosterbach

Ce ruisseau, affluent du Mutterbach permet l’écoulement de l’eau des étangs de Hoste vers le bief de Loupershouse.

Afin de toujours maintenir un niveau d’eau suffisant dans la rivière, on implante de façon régulière des seuils submersibles sur son tracé.

5 Le barrage de Loupershouse.
Adossé au talus d’une route surélevée traversant la vallée du Mutterbach à la sortie Nord-Ouest de Puttelange-aux-Lacs, le barrage à poutrelles, ouvert en temps normal pouvait être fermé très rapidement.



Principe de l’inondation défensive : interrompre l’écoulement de l’eau du Mutterbach pour en inonder le lit majeur.

Mise en œuvre :

Dès la réception de l’ordre de mise en œuvre de l’inondation, il fallait exécuter un certain nombre de manœuvres :
  • Fermer le barrage repère 5 en engageant deux rangées de poutres en bois dans les rainures prévues à cet effet et combler l’espace entre les deux par des gravats pour rapidement créer un bouchon.
Le volume d’eau nécessaire pour créer l’inondation est de 260.000 m3. Cette quantité d’eau sera prélevée dans l’étang de Hoste-Haut (capacité totale : 579.000 m3).
  • Ouvrir les vannes des étangs de Hoste-Haut repère 1 et de Hoste-Bas repère 3. (l’ouverture des vannes est telle que le volume d’eau qui s’écoule de l’étang de Hoste-Haut est le même que celui qui sort au même moment de l’étang de Hoste-Bas).
La hauteur d’eau et le volume (319.000 m3) restant dans l’étang de Hoste-Haut après cette opération sont suffisants pour maintenir un obstacle important sur la ligne de front.
  • Refermer les vannes des étangs repères 1 et 3 dès que l’inondation atteint son niveau maximum.

Ainsi on crée en 36h un obstacle infranchissable sans moyens spéciaux.

HPELMA05  
Schéma de principe du système d’inondation du bief de Loupershouse. Ci-dessus : la situation du temps de paix : le barrage repère 5 est ouvert, l’eau s’écoule normalement.  
HPELMA13  
Situation en temps de guerre : le barrage repère 5 est fermé. La quantité d’eau nécessaire pour alimenter le bief de Loupershouse a été prélevée dans l’étang de Hoste-Haut et acheminée via l’étang de Hoste-Bas et le Hosterbach vers la zone maintenant inondée.